La peste noire

Nous nous sommes rendus compte que nous n’avions jamais traité de maladie, honte sur nous ! Qu’à cela
ne tienne, voici la Peste Noire. Pourquoi celle-ci ? Et bien parce qu’elle a une durée précise dans le temps, qu’elle a été particulièrement mortelle et que les traitements de l’époque étaient plus « amusants ».


Pour commencer, sachez que la peste est connue comme « le mal qui répand la terreur ». Mignon comme sobriquet, non ?! Il s’agit d’une zoonose* dont le bacille*, le Yersinia Pestis, peut contaminer l’homme par une seule piqure de puce. À partir de cet instant, sans des soins rapides, vous avez 60 % de chances de passer l’arme à gauche.

Dès qu’elle apparaissait, un traitement de base (préconisé par Hippocrate) était appliqué. Il était d’une grande simplicité : il fallait partir vite, aller loin et revenir tard.

La peste dont nous allons vous parler aujourd’hui, la « Noire », date de 1347 et dura environ 5 ans. Tout commença en Crimée où des commerçants génois restèrent bloqués à Caffa à cause d’une guerre entre les Mongols et les Chinois.

la-peste

Cette épidémie mit le peuple en panique. Les communautés juives, accusées de contaminer les puits, furent persécutées et massacrées (massacre de la Saint-Valentin* de 1349). La peste étant citée dans la bible (elle est un des quatre cavaliers de l’Apocalypse), on se flagella beaucoup pour calmer la colère divine. L’épidémie finit par se calmer et disparut, comme si elle avait achevé son œuvre (pas faux, puisque certaines villes avaient perdu jusqu’à 80 % de leurs habitants).

Elle réapparaîtra de temps en temps (comme en 1720 avec la fameuse Peste de Marseille*), à la grande joie des croque-morts !

Quelques dates

Le bacille sera identifié en 1894 par le bactériologiste Alexandre Yersin.
Le lien entre la puce et la peste ne sera établi qu’en 1898 par le biologiste Paul-Louis Simond

plus-trash



plus-la-peste

L’armure du médecin

Bien que cette tenue fut créée au 17ème siècle par Charles de Lorme (médecin de Louis 13), et n’existait donc pas durant l’histoire que nous vous avons racontée, nous ne pouvions pas ne pas vous parler de ce fameux costume.

Toute la tenue était en cuir de chèvre. Le masque blanc était muni de bésicles et se terminait par un bec de 16 cm de long qui était rempli de plantes médicinales ou d’une éponge imbibée de vinaigre des 4 voleurs*. Allez reconnaître votre confrère avec ça sur la gueule !

Bien que très répandue, cette « armure » n’offrait pas une protection totale. On pense aujourd’hui que c’est l’épaisseur du cuir, en évitant aux médecins de se faire piquer, qui les protégeait plutôt que les plantes médicinales et autres vinaigres.



art-trash




La Danse Macabre

Il faut le dire, entre la peste et les guerres (en particulier celle de 100 Ans), la mort était Ze artistic thème of the époque. On pouvait trouver dans les lieux de culte des fresques (ou parfois des sculptures) appelées Danses Macabres. Elles représentaient les Hommes (de toute classe sociale, sexe, âge) dansant avec leur mort (un squelette) et avaient pour but de rappeler que la vie est éphémère et qu’aucune âme ne sera épargnée.

Des Danses étaient parfois organisées pour fêter la fin d’une épidémie de peste (c’était pas aussi fou que le champagne mais ça avait son petit effet).

danse-macabre-lubeck
Extrait de la Danse Macabre de Lübeck, réalisée en 1460 par Bernt Notke


Lexique

Zoonose : infection transmissible entre l’homme et l’animal (comme la maladie de Creutzfeldt-Jakob).

Bacille : bactérie de forme allongée ressemblant à un bâtonnet.

Bubon : inflammation d’un ganglion. Les ganglions les plus touchés lors des pestes buboniques sont ceux de l’aine (là où la puce a bien chaud, l’endroit idéal pour se faire une petite bouffe)

Massacre de la Saint-Valentin : révolte strasbourgeoise antisémite au cours de laquelle des milliers juifs périrent brulés vifs.

Peste de Marseille : dernière épidémie de France dont la négligence fut seule responsable. Le Grand Saint-Antoine (bateau venant de Syrie) passa au travers de la quarantaine imposée par la loi. Les passagers pestiférés transmirent rapidement la maladie et la moitié de la ville fut décimée (au moins ils avaient compris, là).

Vinaigre des 4 voleurs : vinaigre aromatisé aux plantes et aux épices (absinthe, romarin, sauge, menthe, lavande, cannelle, girofle, muscade, ail,…). La légende dit que des détrousseurs de cadavres buvaient quotidiennement ce mélange pour ne pas être touchés par la peste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Spam Protection by WP-SpamFree